Site archéologique de Mlakou : Bilan de la 10e session des fouilles et perspectives.

Le site archéologique de Mlakou, de l’antique Petra, sis au village Akhenak, Cne de Seddouk, a accueilli la 10e session de travaux de fouille par une équipe de chercheurs chapeautée par Dr Boukhenouf, secondé par Dr Iaichouchen ainsi qu’un groupe de doctorants, et composée d’étudiants fouilleurs issus de l’institut d’archéologie de l’université d’Alger et de différents autres départements d’archéologie des quatre coins du pays. Cette session, débutée le 10 juillet dernier se clôturera ces jours-ci sur un bilan très encourageant. En effet, non seulement ce chantier-école archéologique confirme de nouveau son double caractère pédagogique et scientifique, la session de ce mois de juillet s’est rehaussée de résultats de terrain appréciables et concluants, mais aussi d’un riche programme d’ouverture sur la société civile et les institutions locales.

Au cours des sessions précédentes, les parties successives mises à jour ont permis à l’équipe scientifique de parvenir à des lectures déjà très intéressantes au sujet de ce site. Celle en cours laisse déjà enregistrer un secteur de fouilles composé de deux raffineries, à présent entièrement dégagé, permettant la distinction des différentes phases de l’occupation du site. Les premières lectures pertinentes des résultats montrent que le site aurait été fondé par l’un des fils Nubel, autrement dit Sammac, praeses (équivalent de Caïd) fidèle à l’empire romain comme en témoigne l’inscription de Mlakou ; après sa destruction par l’armée romaine, suite à l’insurrection du fils aîné de la famille Nubel, en l’occurrence Firmus, le site aurait probablement été occupé par les neveux de Gildon, autre fils Nubel et comte d’Afrique entre 385 et 397. L’hypothèse du retour des neveux de Gildon sur site s’obtient en croisant les résultats des travaux de fouilles et la lecture publiée dans le bulletin archéologique du Centre national de recherche en Archéologie d’Alger, faite par Abderrahmane Khelifa et jean-Pierre Laporte de l’inscription de Guendouza, découverte à Akbou en 2013. D’ores et déjà, d’autres secteurs de fouilles sont entamés et dont les résultats seront connus au cours des prochaines sessions. Ceci dit, certaines questions restent en suspens telles que l’adduction de l’eau ayant servir au fonctionnement de ces raffineries ainsi que les conclusions finales concernant les produits de ces dernières.

Par ailleurs, ce site a jusqu’ici été l’objet de plusieurs articles et communications scientifiques dont la plus récente est celle publié sous le titre « Aperçu sur la vie rurale antique à travers le site archéologique de Mlakou, antique Petra», publié dans la revue du laboratoire de recherche Vie, genres de vie et peuplements du sol de l’université de Sous, en Tunisie.

Le même site marque déjà aussi la vie économique et sociale de la région de la Soummam, entre autres par la déviation, dès 2014, du tracé initial de la pénétrante autoroutière (voir El Watan du 19 aout 2014, url : https://www.elwatan.com/edition/culture/lepopee-de-firmus-revient-a-la-surface-19-08-2014) ainsi que l’instauration du festival de Mlakou. Centré sur les activités du chantier école, ce festival qui a tenu cette année sa deuxième édition les 26, 27 et 28 juillet, coïncide avec une partie des activités de vulgarisation et de mise en valeur du site par l’équipe scientifique. Ces activités consistent pour leur part en la distribution de différents dépliants et d’un bulletin périodique nommé « Courrier archéologique de Mlakou » sur la fouille et sur l’inscription de Petra, ainsi que le moulage de cette dernière qui a servi de monument au niveau du village Akhenak.

Depuis l’année dernière, des portes ouvertes sur le chantier se sont tenues pendant l’organisation du festival de Mlakou par les associations locales. Cette année, ces portes ouvertes ont été rehaussées par la tenue d’une conférence académique animée par Dr Kebaili Kahina, maitre de conférences en histoire antique à l’ENS d’Alger invitée par l’équipe en charge des fouilles, portant sur la révolte de Firmus.

Et avant ce festival, l’équipe scientifique a organisé une journée de simulation de fouilles et de poterie antique au bénéfice des écoliers, venus de différentes communes de la Wilaya. Cette journée d’activités de sensibilisation éducative, destinée aux écoliers, a été conçue eu égard à l’intérêt suscité parmi ce public par la présence de la révolte de Firmus dans le manuel d’histoire de 4e année primaire. Le succès de cette activité en direction de la population scolaire laisse penser que son organisation future au cours du mois du patrimoine (du 18 avril au 18 mai) de chaque année pourrait s’instaurer en tradition sociopédagogique et se diffuser à l’échelle nationale.

Pour leur part, les étudiants-fouilleurs, issus de différentes universités et régions d’Algérie, ont bénéficié d’une excursion offerte par la commune de Chellata vers le musée d’Ifri et d’autres lieux historiques et archéologiques.

Tahar Hamadache.

Article Mlakou 1 Article Mlakou 2 Article Mlakou 3 Article Mlakou 4 Article Mlakou 5

Laisser un commentaire